Un mois d’horizons parallèles, le bilan !

Hier, j’ai écrit la 7e nouvelle en 7 semaines du projet Horizons parallèles. Le mois d’octobre est déjà bien avancé… il est temps de faire le bilan du premier mois de mon « projet Bradbury » !

Je vous écris ce soir entre deux nouvelles. J’ai l’esprit encore empreint de celle terminée hier (et qui sortira cette semaine), et les idées claires sur celle de la semaine prochaine. Je profite de ce court instant de pause pour vous donner mes premières impressions, après un mois d’horizons parallèles.

L’importance de la préparation

Je n’aurais pas réussi à tenir les 5 semaines de septembre – et les deux écoulées depuis – au rythme d’une nouvelle hebdomadaire sans un minimum de préparation.

En fait, bien que le projet ait commencé le 1er septembre, il avait pour moi démarré en juillet, mois à partir duquel j’ai sérieusement commencé à écrire des résumés d’histoires à raconter au cours de l’année à venir. Ce n’était pas une mince affaire pour autant : il a fallu les trouver, les thèmes à développer ! Mais procéder avec un peu d’avance m’a donné une marge suffisante pour démarrer l’esprit serein. Au 1er septembre, je disposais d’une quinzaine de résumés pour les nouvelles à venir. C’est sur leur base que je vous écris une nouvelle par semaine pour le moment.

Une avance nécessaire… et perdue pour la bonne cause

Ma première nouvelle, Le portefeuille, a été écrite juste avant le début du projet. J’ai donc profité de la semaine 1 pour écrire la nouvelle 2, Neurocop. Puisque je publie en fin de semaine, j’avais pratiquement quinze jours d’avance en démarrant le projet. Une aubaine ! J’ai malheureusement perdu cette avance en écrivant la nouvelle 4, La fabrique.

J’ai énormément appris avec La fabrique. Dans le courant du mois dernier, j’ai écrit à Neil Jomunsi, lui proposant de rédiger une nouvelle qui raconterait les dessous de sa fabrique d’imaginaire, Ozmocorp. Il a accepté sans la moindre hésitation et je ne le remercierai jamais assez. Neil, c’est la personne grâce à laquelle j’ai découvert le Bradbury challenge, comme disent les anglophones. C’est le premier auteur dont j’ai apprécié l’audace et le professionnalisme dans le milieu indé. C’est l’un des – sinon le seul – francophone(s) à avoir relevé le défi de Ray Bradbury. Autant dire que je me suis mis la pression, en écrivant La fabrique.

Il est très paritculier d’écrire en se mettant dans les chaussures de quelqu’un d’autre. Mais prônant moi-même les licences libres, il fallait que je m’y essaie ! J’avais également envie d’écrire un texte à la science-fiction plus drôle, plus folle, plus innovante… Ozmocorp s’est donc avéré le terrain de jeu idéal pour mener à bien cette expérimentation. Le travail fut éprouvant, tant il est éloigné de ma pratique habituelle, mais j’ai beaucoup appris. Et cerise sur le gateau, j’ai eu le plaisir de recevoir un très bon retour de la part de Neil !

Pour résumer… J’ai perdu mes deux semaines d’avance. Mais cela valait largement la peine.

Cinq nouvelles, cinq horizons

J’ai clôturé le mois de septembre avec 5 nouvelles au compteur, toutes différentes, toutes particulières à leur manière. Je terminerai ici en vous donnant les liens qui y mènent, et leur résumé. N’hésitez pas à me laisser vos impressions, vos commentaires… J’y réagirai avec plaisir. L’aventure ne fait que commencer !

 


  

Le portefeuille
Ce matin, j’ai perdu mon portefeuille, et avec lui la seule chance qu’il me restait de perséverer dans ma quête du voyage temporel.

 

 

Neurocop
Dans un pays rongé par la canicule, la police fait face au braquage d’une banque d’eau grâce à l’intelligence artificielle.

 

 

 

Les extracteurs
Engagés par une compagnie privée pour nettoyer l’orbite terrestre de ses déchets, deux astronautes sont confrontés à une panne qui pourrait mettre leur retour sur Terre en question.

 

 

La fabrique
À l’ombre de nos vies, des êtres d’esprit ne rêvent que d’une chose : détruire la réalité en brouillant sa frontière avec la fiction.

 

 

 

Le combat du millénaire
Michael Smith, plus grand boxeur de tous les temps, s’apprête à affronter son idole sur le ring… morte trente ans auparavant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *